La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

La confiscation, par le gouvernement turc, des biens arméniens


Éditeur : Date & Lieu : 1987, Montréal
Préface : Yves Ternon Pages : 322
Traduction : ISBN : 2-9800423-1-5
Langue : FrançaisFormat : 135x210 mm
Code FIKP : Liv. Fra. Bag. Con. 430Thème : Général

Présentation Table des Matières Introduction Identité PDF
La confiscation, par le gouvernement turc, des biens arméniens


La confiscation, par le gouvernement turc,
des biens arméniens... dits «abandonnés»

Kévork K. Baghdjian

Compte d'auteur


Il est absolument faux de prétendre que, les auteurs du génocide des Arméniens perpétré en 1915 étant morts depuis déjà longtemps, il suffirait à la Turquie de reconnaître la réalité historique de ce génocide et de tourner la page. La reconnaissance historique du génocide entraîne subséquemment la reconnaissance juridique.

Il y a eu génocide en 1915 et, en vertu de la Résolution 2391 du 26 novembre 1968 de l’ONU, le crime de génocide est imprescriptible, indépendamment de la date à laquelle il a été commis, même si les auteurs du crime ont disparu.
D ’ailleurs, il est absurde de prétendre que les auteurs du génocide des Arméniens ont disparu: en vertu d’un principe immuable de droit, le mal perdure tant que ses effets durent.

Donc, tant et aussi longtemps que nos territoires historiques resteront usurpés par le Gouvernement turc, tant et aussi longtemps que nos biens resteront illégalement confisqués, le génocide continuera en Turquie.



Spécialiste du problème arménien, Kévork K. Baghdjian est docteur en sociologie juridique. Émigré au Canada, il a d’abord enseigné l’arménologie à l’Université Concordia puis les civilisations arménienne et arabe ainsi que l’histoire d’Arménie et la langue arménienne dans le cadre de l’Éducation permanente à l’Université du Québec à Montréal.

Président élu de la Fédération des Groupes Ethniques du Québec depuis 1975, il est profondément impliqué dans les affaires publiques et joue un rôle important tant dans la communauté arménienne que dans les autres communautés culturelles de son pays d’adoption.

Il a publié en 1985 un livre sur le Problème arménien, qui a connu une large diffusion.
Officier dans l’Ordre des Palmes Académiques depuis 1953 «pour services rendus à la culture française», il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en 1978.

 



Fondation-Institut kurde de Paris © 2017
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues