La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

La Question Assyro-Chaldéenne - I


Auteur : Joseph Yacoub
Éditeur : Université Lyon II Date & Lieu : 1984, Lyon
Préface : Pages : 234
Traduction : ISBN :
Langue : FrançaisFormat : 210x290 mm
Code FIKP : Liv. Fre. Yac. Que. (1) N°1161Thème : Général

Présentation
Table des Matières Introduction Identité PDF
La Question Assyro-Chaldéenne - I


La Question Assyro-Chaldéenne

Joseph Yacoub

Université Lyon

Au moment où le discours minoritaire fait son entrée dans les Sciences Sociales, où les droits des peuples deviennent matière de Droit International, il est indispensable que la Chaldéo-Assyriologie contemporaine se renouvelle et que les Assyro-Chaldéens fassent irruption sur la scène de l'histoire, comme catégorie de pensée et comme réalité. Il est des peuples qui ont connu dans le passé des sorts tragiques mais dont l'histoire présente les a ressuscités. Tel est le cas des Arméniens et des Kurdes. Ce n'est nullement le cas du petit peuple Assyro-Chaldéen qui connut à maintes reprises l'adversité du sort.

Sur les bancs de l'école, les élèves apprennent que l'Assyro-Chaldée et les Assyro-Chaldéens disparurent définitivement en 606 et 539 av. J.C. Aussi est-on surpris de constater que les Assyro-Chaldéens existent encore bel et bien aujourd'hui.

Mais si les Assyro-Chaldéens défrayaient la chronique jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale, depuis, un lourd ...


INTRODUCTION

UN PEUPLE OUBLIE DE L'HISTOIRE


"Qui, parmi nous se souvient des Assyriens et du massacre de ces chrétiens, en Irak, voici juste cinquante ans? La communauté Assyrienne, adepte du Nestorianisme, mais qui comprend aussi catholiques et protestants, est peut-être la plus oubliée, en notre pays, des communautés chrétiennes du Proche-Orient".
(Pierre Rondot, 11 août 1933: Le massacre des chrétiens Assyriens en Irak. La Croix. 17.07.1983)

"L'oubli de la Communauté internationale à l'égard du génocide des Arméniens est aujourd'hui en partie réparé. En revanche, les Assyro-Chaldéens, qui, en 1915 et en 1933, virent périr une partie importante de leur communauté, sont pour l'instant totalement absents de la mémoire de l'humanité".
(Le Monde. Il y a un demi-siècle, le massacre occulté des Assyriens d'Irak. 1er - 2.01.1984)

Au moment où le discours minoritaire fait son entrée dans les Sciences Sociales, où les droits des peuples deviennent matière de Droit International, il est indispensable que la Chaldéo-Assyriologie contemporaine se renouvelle et que les Assyro-Chaldéens fassent irruption sur la scène de l'histoire, comme catégorie de pensée et comme réalité. Il est des peuples qui ont connu dans le passé des sorts tragiques mais dont l'histoire présente les a ressuscités. Tel est le cas des Arméniens et des
Kurdes. Ce n'est nullement le cas du petit peuple Assyro-Chaldéen qui connut à maintes reprises l'adversité du sort.

Sur les bancs de l'école, les élèves apprennent que l'Assyro-Chaldée et les Assyro-Chaldéens disparurent définitivement en 606 et 539 av. J.C. Aussi est-on surpris de constater que les Assyro-Chaldéens existent encore bel et bien aujourd'hui.

Mais si les Assyro-Chaldéens défrayaient la chronique jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale, depuis, un lourd silence pèse sur eux. On a voulu les chasser de l'histoire et on y est parvenu en quelque sorte. Ne rencontre-t-on pas aujourd'hui d'énormes difficultés pour trouver un livre se rapportant à ce sujet?

Nous nous proposons dans le présent travail de procéder à une investigation historique et politique de la question Assyro-Chaldéenne de 1908 à 1938 dans le cadre des relations internationales, en rapport avec la Société des Nations et les Puissances européennes; période-clef pour comprendre les problèmes de ce peuple et son évolution future.
Ce travail comporte quatre volumes.

Composé de six parties et de vingt-sept chapitres, le corps du texte (les deux premiers volumes) situe d'abord la question Assyro-Chaldéenne dans son cadre spatio-temporel, en abordant les aspects historiques, religieux, ethnographiques, géographiques, démographiques et juridico-politiques, des origines à la veille de la Grande Guerre. Or, sans cette archéologie du savoir Assyro-Chaldéen, toute étude risque d'être incomplète.

Dans une deuxième partie, nous traitons des espérances nées au lendemain du premier conflit mondial aux désillusions qui en résultèrent, analysant successivement le rôle politico-militaire des Assyro-Chaldéens durant la guerre, les promesses d'autonomie faites par les Anglais et les Français, leur génocide, le problème devant la Conférence de la Paix, du Traité de Sèvres au Traité de Lausanne, en passant par la Conférence de Londres et celle de Paris. Les Archives et Documents diplomatiques français nous ont énormément servi pour rédiger cette partie de l'histoire Assyro-Chaldéenne largement méconnue jusqu'à présent.

La politique des Puissances mandataires (Grande-Bretagne et France) en Mésopotamie et en Syrie face au problème Assyro-Chaldéen est analysée dans la troisième partie. L'histoire du Bataillon Assyro-Chaldéen, créé par la France au sein de la population Assyro-Chaldéenne en 1920, écrite ici, à notre connaissance, pour la première fois, S'appuie exclusivement sur les documents des Archives militaires françaises.

Ensuite, est abordée la question de Hakkari et de Mossoul, la SDN et le sort réservé aux Assyro-Chaldéens, ainsi que les démarches entreprises par ces derniers auprès de la SDN (1924-1926) documents que nous rendons public nous ont été remis par des sources Assyro-Chaldéennes.

Dans la cinquième partie, nous analysons le problème de l'établissement des Assyro-Chaldéens en Irak et ses difficultés jusqu'au drame d'août 1933.

Enfin, il s'agit des projets de la SDN d'établissement des Assyro-Chaldéens hors de l'Irak, du lendemain de la tragédie d'août 1933 à leur installation sur le Khabour en Syrie. Il est à noter que la cinquième et sixième parties sont fondées, en grande partie, sur les documents diplomatiques de la Société des Nations. S'il nous arrive de citer de larges extraits de documents, nous le faisons consciemment, par souci de laisser parler les faits et de donner la parole aux différents acteurs de la question Assyro-Chaldéenne.

Nous concluons à propos du drame Assyro-Chaldéen en nous interrogeant sur les responsabilités respectives de ses protagonistes.

Le troisième volume est entièrement consacré à la bibliographie de type analytique et commenté. Aussi, afin d'éviter toute répétition inutile, renvoyons-nous à son avant-propos. Nous avons entrepris, à cet effet, plusieurs voyages en Europe (France, Grande-Bretagne, Suisse) et aux Etats-Unis, et consulté des Archives et des Documents rares, en français, anglais, assyrien et arabe.

La même attitude s'impose à l'égard du quatrième volume, composé d’Annexes où les Documents, les Cartes et les Photographies sont également introduits. Les Archives européennes (françaises et anglaises) et les Documents diplomatiques Assyro-Chaldéens y tiennent une grande place.

Le corps de notre texte ainsi que la Bibliographie et les Annexes sont suivis d'index.
Puisse ce travail aider à combler un vide dans la connaissance historique (1), attirer l'attention des chercheurs et les inciter à approfondir à la question Assyro-Chaldéenne.

N'est-ce pas rendre justice à un peuple indûment oublié.

(1) Aucun manuel de Relations Internationales n'étudie, n'évoque même pas la question Assyro-Chaldéenne.




Fondation-Institut kurde de Paris © 2019
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues