La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

Les Chretiens Aux Bêtes


Auteur :
Éditeur : Les Éditions du Cerf Date & Lieu : 2005, Paris
Préface : Pages : 398
Traduction : ISBN : 2-204-07243-5
Langue : FrançaisFormat : 135x205 mm
Code FIKP : Liv. Fra. Rhe. Chr. Qui. 1260Thème : Histoire

Présentation
Table des Matières Introduction Identité PDF
Les Chretiens Aux Bêtes

Les Chretiens Aux Bêtes

Jacques Rhétoré

Cerf

La ville de Mardin est située au sud-est de la Turquie actuelle, à la jonction du plateau du Kurdistan et de la plaine de la Mésopotamie. C’est là que le père Jacques Rhétoré, ainsi que deux autres dominicains, les pères Simon et Berré, membres de la mission dominicaine de Mossoul, se trouvent déportés par les Turcs en 1914. C’est là qu’ils assistent, en 1915 et 1916, aux massacres des chrétiens, arméniens, syriens catholiques et jacobites, chaldéens, nestoriens et protestants.

Le récit du père Rhétoré est, à la fois, un reportage objectif et précis de cette tragédie et un «martyrologe» bouleversant. Ce document exceptionnel est publié en une période de notre histoire où l’actualité place encore à la une des journaux les noms de Mossoul, du Kurdistan et de la Turquie, où les relations entre l’islam et le christianisme demeurent difficiles et où la disparition progressive des chrétiens du Moyen-Orient se poursuit inexorablement.



Jacques Rhétoré est né, en 1841, à la Charité-sur-Loire. Il entre chez les Dominicains à l’âge de dix-huit ans. Après avoir été maître des novices, puis prieur, il rejoint la mission de Mossoul (Irak actuel) en 1874. En 1881, il fonde la mission de Van en Arménie, très éprouvée par la suite par les massacres des Arméniens en 1895. En 1920, il retourne à Mossoul où il meurt l’année suivante. Personnalité hors du commun, très doué pour les langues - il enseignera les langues orientales à l’École biblique de Jérusalem de 1893 à 1897 - le père Rhétoré devint un grand spécialiste de l’araméen et du soureth (dialecte néo-araméen oriental) dont il établira la grammaire. Il écrira de nombreux ouvrages dans cette langue (textes religieux ou profanes, chants populaires, cantiques, poèmes).

 



PREFACE


Un Peu de Lumière Sur le Calvaire Assyro-Chaldéen

Il y a quelques années, mon attention fut attirée, dans Historia, revue de vulgarisation historique, par l’article d’un nouveau venu, Joseph Alichoran, consacré aux massacres dont furent victimes, notamment au XIXe et au XXe siècle, les Assyro-Chaldéens en Mésopotamie, et à la résistance, face à l’hégémonie arabo-kurdo-musulmane, de ces chrétiens d'Orient oubliés par leurs coreligionnaires d’Europe. Une Chrétienté orientale pourtant particulièrement digne d'intérêt puisqu'elle a maintenu vivant jusqu’à nous le souvenir christique en continuant à pratiquer, tant dans sa liturgie qu’au quotidien, la langue parlée par le Messie: l’araméen.

Les Arméniens se plaignent parfois, à juste titre, du peu de cas que l’on fait de leur génocide, perpétré de 1895 à 1922 dans l’Empire ottoman et surtout de la non-reconnaissance de cet acte par l’État turc moderne - mais au moins on en débat, on exerce des pressions politiques ou intellectuelles pour que cette injustice soit réparée. Pourtant, conséquence de la chute du système soviétique, il existe derechef une Arménie indépendante.

Rien de tel pour les Assyro-Chaldéens qui, à l’heure où j’écris ces lignes, ont pratiquement disparu d’Anatolie tandis qu’en Irak, sous prétexte de l’occupation à majorité anglo-américaine, ils sont l’objet - une fois de plus dans un quasi-silence - de tueries et d’exactions de la part de «combattants de la foi» musulmans.

Aussi peut-on, et non sans une certaine émotion, saluer la publication des Souvenirs du dominicain Jacques Rhétoré (1841-1921) sur La guerre sainte proclamée par les Turcs contre les chrétiens en 1915, idée due aux Editions du Cerf et à Joseph Alichoran, lequel, entretemps, s’est signalé par ses recherches sur le thème assyro-chaldéen, répercutées dans des publications comme Istina ou Proche-Orient chrétien et Peuples du monde. On a, d’autre part, appris, depuis lors, que M. Alichoran avait de longue date baigné dans un climat propice à de tels travaux puisque, tôt venu du Septentrion irakien, il fut élevé en France par son oncle, feu Mgr Francis Alichoran, longtemps recteur rayonnant de la Mission chaldéenne dans l’Hexagone et auteur du Missel chaldéen bilingue en français et araméo-syriaque1.
Une grande partie de l’intérêt du texte laissé par le père Rhétoré vient justement de ce qu’il concerne surtout les Assyro-Chaldéens et les Syriaques, massivement tués ou déportés par les Kurdes, les Turcs et les Tcherkesses, en 1915, dans l’Est anatolien, exactement dans les mêmes conditions que leurs frères arméniens, et dans le but identique du régime ottoman finissant : éradiquer toute présence non islamique de terres originelles du christianisme universel. En nos tristes temps de reprise, à l’échelle quasi mondiale, d’affrontements ouverts islamo-chrétiens, certains penseront peut-être que le témoignage in vivo de Jacques Rhétoré ne pourra que «jeter de l’huile sur le feu» entre Occident et Islam. Cependant, cacher une plaie sans la traiter ne sert jamais qu’à l’envenimer...

Le texte qui suit ainsi que les commentaires explicatifs de Joseph Alichoran doivent au contraire être versés au dossier du dialogue paritaire islamo-chrétien qui, tôt ou tard, devra bien s’ouvrir pour de bon, avec l’aide du Saint-Esprit, si on veut qu’un jour fidèles de Jésus et fidèles de Mahomet puissent se regarder face à face, d’égal à égal, et vivre enfin ensemble sans noires pensées...

J.-P. Péroncel-Hugoz2
Poitiers, 6 avril 2004.

1. Diffusé, depuis sa sortie en 1982, par les librairies La Procure.
2. Grand-reporter du Monde, ancien correspondant au Proche-Orient, auteur de plusieurs essais sur l’islamisme au XXe siècle (Le Radeau de Mahomet, Flammarion, 1983 ; Une croix sur le Liban, Gallimard, 1984, etc.), il vient de publier Traversées de la France (Bartillat, 2004) et de participer au numéro spécial de Cités sur l’Islam. D’autre part, J.-P. Péroncel-Hugoz dirige à Casablanca (Maroc), chez Eddif, la collection « Bibliothèque arabo-berbère ».



Souvenirs

Ces 4 cahiers de souvenirs constituent le brouillon du livre intitulé Les Chrétiens aux bêtes ! Souvenirs de la guerre sainte proclamée par les Turcs contre les chrétiens en 1915.
[Les chiffres entre parenthèses se réfèrent aux pages du manuscrit.]

(1) Au lecteur,
En décembre 1914, c'est-à-dire peu après l’entrée de la Turquie dans son alliance avec l’Allemagne pour la guerre contre l’Angleterre et la France, j’eus l’honneur d’être déporté de Mossoul avec deux compagnons, les PP. Berré et Simon. Nous devions aller à Diarbékir d’où nous serions transportés à Khaipout qui était le centre militaire de ces régions. Grâce à" la saison avancée et à notre âge, nous pûmes, par l’intermédiaire d'un excellent homme, Hilmi bey Moutessarif de Mardine, obtenir de rester dans cette ville, au moins pour le temps de la paix, de l’hiver. Nous y restâmes deux années.

Je n’ai pas regretté ma déportation car elle me fit participer comme témoin oculaire aux événements qui se passèrent alors en ces régions, et dont les uns se rapportaient ...

 




Fondation-Institut kurde de Paris © 2022
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues