La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

Méthode de kurde - Sorani


Auteur : Joyce Blau Multimedia
Éditeur : L'Harmattan Date & Lieu : 2000, Paris
Préface : Joyce Blau MultimediaPages : 323
Traduction : ISBN : 2-7384-9256-8
Langue : Français, KurdeFormat : 135x210 mm
Code FIKP : Liv. Fra. 4473Thème : Linguistique

Présentation
Table des Matières Introduction Identité PDF
Méthode de kurde - Sorani

Versions

Méthode de kurde - Sorani -

Cette méthode est une introduction au kurde sorani parlé dans une vaste région qui s'étend de la province d'Erbil (Hewlêr) à l'ouest jusqu'aux confins septentrionaux de la province de Kermanchah à l'est. Le kurde est la langue véhiculaire de plus de vingt-cinq millions d'homems et de femmes qui vivent sur un territoire contigu, divisé entre la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie. De nombreuses et importantes communautés kurdes vivent dans les principales métropoles du Moyen-Orient. Plus de 850.000 Kurdes sont aujourd'hui installés en Europe et aux Etats-Unis d'Amérique.


Remerciements

Ce Manuel est une réédition de l'ouvrage publié en 1980(1). La première édition avait bénéficié de nombreuses remarques faites par Gilbert Lazard et des études de D.N. MacKenzie. Nous tenons à dire ici tout ce que notre travail doit à ces deux savante). Nous avions également bénéficié de l'érudition de notre regretté ami Abdul Rahman Ghassemlou qui a enseigné de 1976 à 1978 à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Je remercie sincèrement Khani Mohammed qui a assumé la tâche ingrate de la composition de l'ouvrage, ainsi que Sergi Bassols et Barzan Faraj qui ont pris la peine de relire le texte en signalant diverses erreurs. Un grand merci à Mohamad Hassan qui a eu la patience de mettre en page ce Manuel.

Nous exprimons enfin notre reconnaissance à l'Institut kurde de Paris et à l'équipe de recherche 'Monde Iranien" du Centre National de la Recherche Scientifique et à son directeur Bernard Hourcade qui nous ont encouragée et prodigué une aide constante.

Joyce Blau

(1) Manuel de kurde, dialecte sorani, Institut d'Etudes Iraniennes de l'Université de la Sorbonne Nouvelle, Documents et Ouvrages de Références, n° 2, Librairie Klincksieck, Paris 1980, 287 p.

(2) Nous avons tenu compte, autant que possible, dans cette nouvelle édition du Manuel des remarques que D.N. MacKenzie avait faites dans son compte-rendu paru dans le B.S.O.A.S., vol. 44, Part 2, 1981, pp. 173-174.


Introduction

Le kurde est classé dans le groupe des langues iraniennes(1) de l'indo-européen. Il est parlé par plus de vingt-cinq millions de personnes vivant principalement au Kurdistan, vaste territoire montagneux divisé entre la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie. Hors du Kurdistan, plus de 850.000 Kurdes vivent en Europe et aux Etats-Unis d'Amérique; d'importants groupes de kurdophones vivent dans le Khorassan (au nord-est de l'Iran), dans le Belouchistan iranien, au Liban, dans toutes les capitales et les grandes métropoles des pays qui se partagent le Kurdistan. Plus d'un demi-million de Kurdes vivent dans les républiques de l'ex-URSS.

Au cours de leur histoire, qui se confond avec celle des peuples du Moyen-Orient, les Kurdes n'ont jamais réussi à constituer un Etat. De nombreuses principautés, plus ou moins prospères et quasi indépendantes, ont survécu jusqu'au milieu du XIXème siècle, date à laquelle elles ont été abolies par les empires ottoman et persan.

Un des résultats de ce fractionnement politique est que la langue kurde n'est pas parvenue à l'unification. Aucun dialecte n'a réussi à s'assurer la prééminence. Nous partons d'une répartition schématique du kurde en trois groupes de parlers principaux :

1°) Le kurde septentrional, appelé communément kurmanji (kurmancî, en kurde)(2), ou kurde du nord qui est parlé par la majorité des Kurdes en Turquie, en Syrie, dans l'ex-URSS, dans la partie septentrionale de l'Iran et dans des régions nord-occidentales de l'Irak. Il a réussi à donner naissance à une langue littéraire.

2°) Le kurde central appelé communément sorani en Irak, ou kordî et sine' î en Iran, a également donné naissance à une langue littéraire. Il a rang de langue officielle dans la Région autonome du Kurdistan d'Irak. La ligne isoglosse entre ces deux groupes dialectaux se situe le long du Grand Zab, affluent du Tigre, dans le Kurdistan d'Irak.

3°) Le troisième groupe comprend de nombreux dialectes - le kermanchâhi, le sanjâbi, le kalhori, le lakki, le lori... parlés dans les provinces de Kermanchah et du Lorestân à l'ouest de l'Iran. Aucun de ceux-ci n'est parvenu à se hisser au rang de langue littéraire.

Le kurde étudié dans ce Manuel est parlé dans les provinces de Suleimaniya, Erbil (Hewlêr, en kurde), Kirkouk, où il est appelé "sorani" du nom de l'ancienne principauté de Soran. Il est également parlé dans les districts voisins en Iran, au sud de la province d'Azerbaïdjan occidental et dans la province de Kordestân que les locuteurs appellent mokri et sine'i. Les débuts de la littérature sorani datent de la fin du XVIIIème et du début du XIXème siècle. "L'école" de Nalî(3) sera la première pépinière de poètes kurdes sorani.

Dès la création de l'Irak, au lendemain de la première guerre mondiale, les Kurdes ont acquis des droits nationaux malgré des limites dont de nombreux et sanglants soulèvements sont l'expression. Les intellectuels kurdes obtenaient que leur langue soit promue au rang de langue officielle et que celle-ci soit utilisée comme langue d'enseignement dans les écoles et dans l'administration.

Une des premières préoccupations des intellectuels kurdes fut de modifier l'alphabet arabo-persan, utilisé jusque-là par les poètes et écrivains kurdes, pour permettre une meilleure lisibilité du kurde tout en garantissant sa restitution fidèle. Sa'id Sidqi Kaban(4) et Taufiq Wahby(5), à la fin des années 1920, s'attelèrent à la tâche de créer un alphabet arabo-kurde qui notait les phonèmes plutôtque les sons réalisés. Pour éviter une trop forte représentation consonantique, l'alphabet kurdo-arabe n'a pas adopté tous les caractères de l'alphabet arabe, comme le fait le persan, par exemple. Pour rendre les consonnes particulières au kurde sorani, un chevron est noté sur/ou sous une lettre que l'on a souhaité différencier d'une autre. Il en va de même pour les phonèmes vocaliques qui sont tous (ou presque) représentés dans l'écriture.

Cet alphabet, qui a subi des modifications depuis sa création dans les années 1920, est officiellement adopté pour l'enseignement public en Irak et il est aussi utilisé par les lettrés, écrivains et journalistes kurdes en Irak et en Iran, et dans la diaspora kurde sorani.

Pour indiquer la prononciation du vocabulaire kurde sorani, nous nous sommes servis de l'alphabet latin-kurde, appelé communément "alphabet Hawar", et qui est utilisé par les Kurdes kurmanji dans toutes leurs publications.

Notre Manuel est destiné à ceux qui désirent étudier le kurde sorani. Chaque chapitre est suivi d'exercices gradués et de morceaux choisis parmi les oeuvres d'auteurs kurdes connus. Les vocabulaires kurde-français et français-kurde sont limités aux mots cités dans l'ouvrage. Les corrigés des exercices et la traduction des textes de lecture terminent l'ouvrage.

(1) Pour une vue générale des langues iraniennes, voir I.M. Oranskij, Les Langues Iraniennes, trad. J. Blau, Institut d'Etudes Iraniennes de l'Université de la Sorbonne Nouvelle, Documents et Ouvrages de Références, n°1, Klincksieck, Paris 1977. Cf. également D.N. MacKenzie "Origins of Kurdish", TPhS 1961, pp. 68-86. et Pierre Lecoq, "La grammaire historique du kurde", The Journal of Kurdish Studies, Vol. II, Louvain, Peeters Press 1997, pp. 31-36.

(2) Cf. Joyce Blau et Veysi Barak, Manuel de Kurde kurmanji, l'Harmattan, Paris 1999, 225 p.

(3) Mela Xidrî Ehmedî Shaweysî Mikayilî (né en 1797 ou 1800, mort en 1856) a été l'un des premiers poètes a écrire des qasida et des ghazal en kurde central.

(4) Sa'id Sidqî Kaban, Mukhtasirî sarf u nahwî kurdî (Brève grammaire du kurde), Bagdad 1928, 76 p.

(5) Taufîq Wahbî, Desturî zimanî kurdî (Grammaire kurde), Bagdad 1929.




Fondation-Institut kurde de Paris © 2022
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues