La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

Etudes Kurdes N° XII


Auteurs : | | | | |
Éditeur : Institut kurde de Paris Date & Lieu : 2018, Paris
Préface : Pages : 150
Traduction : ISBN : 978-7-296-55750-5
Langue : Anglais, FrançaisFormat : 145x215 mm
Code FIKP : Liv. Fre. Aki. Kur. N° 12Thème : Général

Présentation
Table des Matières Introduction Identité PDF
Etudes Kurdes N° XII

Versions

Etudes kurdes, N° XII

Salih Akin

Institut kurde de Paris

La revue « Etudes kurdes » reprend sa publication avec un numéro original consacré à l’étude des frontières qui se dressent dans divers domaines de la vie des Kurdes.
Ainsi pour Pauline Toucoulet, dans le cinéma kurde, qui est plus riche qu’on ne le croit généralement, la frontière qui sépare la nation kurde n’est pas une démarcation politique mais aussi un concept que l’on peut illustrer ou suggérer sans avoir à montrer à l’écran des frontières réelles. Alors que l’ethno-sociologue Salih Akin dresse un état des lieux des frontières linguistiques du monde kurde, Adnan Çelik nous démontre avec talent que la contrebande kurde défie non seulement les frontières politiques mais est aussi une forme de résistance à l’oppression. L’historien Najat Abdulla étudie la conception de « nationalisme sans nation » en prenant le cas du peuple kurde, écartelé lors de l’établissement des frontières sitôt après la Première Guerre mondiale. « Repenser les frontières » est à la base de l’étude en anglais des deux jeunes chercheurs Tuncay Sur et Seyhan Atak qui en analysent le concept et son évolution à travers l’histoire du Kurdistan.



AVANT-PROPOS

Les Kurdes et les frontières

Après une longue interruption la revue Etudes Kurdes reprend sa publication avec un projet ambitieux : faire paraître dans un premier temps deux numéros par an puis progressivement passer à trois ou quatre numéros en fonction de l’actualité et de l’ampleur des échanges avec les chercheurs travaillant sur le monde kurde, tant dans les pays occidentaux qu’au Kurdistan, conviés à contribuer à notre revue pour faire connaître leurs travaux et partager leurs connaissances.

Longtemps publiée exclusivement en français, la revue sera désormais ouverte à des contributions en anglais ce qui, espérons-le, devrait élargir son horizon et la rendre également accessible aux lecteurs anglophones.

Le présent numéro, consacré au thème, « Frontières », publie des articles inédits de :
Pauline Tucoulet, doctorante à Paris 3, Sorbonne Nouvelle, laboratoire IRCAV (Institut de Recherche sur le Cinéma et l'Audiovisuel), et chargée d'enseignement en Cinéma kurde à l'INALCO qui nous propose un article sur la frontière dans le cinéma kurde.

Salih Akin, notre directeur de publication, de l’université de Rouen, publie un article sur les frontières linguistiques.

Adnan Çelik, doctorant à l'École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et chercheur associé à l'Institut Français d'Études Anatoliennes (IFEA) nous parle du phénomène de la contrebande au Kurdistan en tant que défi aux frontières étatiques.

Dr Najat Abdulla, Vice-président de l’Académie kurde à Erbil, Kurdistan d’Irak, évoque le cas des Kurdes après la Première Guerre mondiale, au moment du tracé des frontières et du partage de l’ancien Empire ottoman, en tant que nationalisme sans nation.

Enfin : Tuncay Şur et Seyhan Atak, doctorants à l’EHESS étudient, le concept même de frontière dans les réflexions menées par le « confédéralisme » démocratique prôné par le PKK (en anglais).

Nous tenons à exprimer nos vifs remerciements à leurs auteurs ainsi qu’à celles et ceux qui ont contribué à la réalisation éditoriale et technique de ce numéro.

La frontière, un laboratoire esthétique et idéologique pour des réalisateurs kurdes

Pauline Tucoulet*

* Doctorante contractuelle, Université Paris III. Thèse en cours intitulée Les “films kurdes” depuis 1968 : définition, typologie, histoire, Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, laboratoire IRCAV, et chargée d’enseignement en Cinéma kurde à l’INALCO.

Certains réalisateurs kurdes ou d’origine kurde représentent la frontière pour révéler des tensions et des dynamiques qui actionnent des dissensions politiques, sociales, ethniques, religieuses ou linguistiques inhérentes à l’aire kurde. La frontière agit comme un lieu de création improbable où ces cinéastes mettent en avant une ambivalence élémentaire dans leurs films : reconnaissent-ils les frontières des quatre Etats-nations qui définissent le Kurdistan ou inventent-ils des frontières kurdes ? Pour ces réalisateurs, la frontière n’est pas uniquement une démarcation politico-spatiale dessinée par des accidents géographiques, des circuits économiques, des fronts militaires ou des résultats juridiques de traités et de négociations historiques, mais aussi un concept que l’on peut illustrer ou suggérer autrement qu’en montrant à l’écran des frontières réelles. Ils construisent de cette façon leur propre représentation des Kurdes à l’intérieur des Etats-nations turc, irakien, iranien et syrien.

…..

 




Fondation-Institut kurde de Paris © 2022
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues