La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

Remzi


Auteur : Remzî Multimedia
Éditeur : CEPS Date & Lieu : 2005, Paris
Préface : Pages : 24
Traduction : ISBN :
Langue : FrançaisFormat : 260x185 mm
Thème : Art

Présentation Table des Matières Introduction Identité PDF
Remzi


REMZI
Une peinture interculturelle

On pourrait les appeler les Interculturels. Certains viennent de Chine. D'autres des Andes. Un bon nombre aussi du domaine arabo-islamique. Ils ont en commun d'avoir gardé leur vision d'origine, même s'ils la fécondent d'éléments grammaticaux et de thèmes empruntés à la contemporanéité internationale. Somme toute, là où les Postmodernes jouent diachroniquement avec les époques, les Interculturels jouent synchroniquement avec les cultures.

REMZI est exemplaire à cet égard. Ses thèmes sont un fauteuil, une table, une montagne de la Drôme ; et, dans sa grammaire, on sent qu'il regarde admirativement les Impressionnistes et Cézanne, surtout Matisse.

Mais la vision de base, le travail cérébral de base vient de plus loin, dans le temps, mais surtout dans l'espace. Elle suppose les plateaux moyens du Kurdistan, irrigués du Tigre et de l'Euphrate, par où les céréales sauvages des très hauts plateaux d'Anatolie et d'Arménie sont pour la première fois descendues vers les plateaux inférieurs de la Mésopotamie, fondant nos premiers empires. Cela saute aux yeux dès le trait. Le dessin ne tente pas de cerner ni d'appuyer, ni de creuser, mais d'écrire légèrement, en un suspens de la ligne qui est l'écriture arabe. En tapis volant. Le transatlantique pliable à merci, et dont les appuis mêmes ne sont que des pliures impondérables devaient fournir à REMZI une série inspirée.

Toute étoffe également. Sinon que chez lui les nappes de Cézanne deviennent l'aile, la ceinture et le turban géant de l'archange des merveilles de la création datés de 1370.

La lumière suit, plus proche de Byzance que d'Argenteuil. Elle n'est pas tombée sur les choses, elle ne s'est pas reflétée sur les choses, elle en est « exsudée » de par derrière, de par dedans, comme disait le vieux SUIDAS parlant des murs de mosaïque. Donc pas la couleur de l'icône russe visqueuse et rayonnante, créant une transcendance proche, mais justement des teintes glissées qui ne compromettent pas l'absolue non-épaisseur de l'arabesque.

Techniquement, ce sont les pigments du pastel sec sous l'huile, l'huile Blockx plutôt que Talens.

Henri VAN LIER - février 1989

 



Fondation-Institut kurde de Paris © 2020
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues