La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

Les 40 Jours De Musa Dagh


Auteur : Franz Werfel
Éditeur : Albin Michel Date & Lieu : 1989, Paris
Préface : Eue Wiesel Pages : 704
Traduction : Paule Mofer-Bury ISBN : 2-226-02765-3
Langue : FrançaisFormat : 140x215 mm
Code FIKP : Liv. Fra. Wer. Qua. 1326Thème : Littérature

Présentation Table des Matières Introduction Identité PDF
Les 40 Jours De Musa Dagh

Versions


Les 40 Jours De Musa Dagh

Franz Werfel

Albin Michel


Compatriote et contemporain de Kafka, Franz Werfel (1890-1945) appartient à la plus brillante génération d’écrivains de l’Empire austro-hongrois, tels Stefan Zweig et Arthur Schnitzler dont il partage la gloire entre les deux guerres. Il s’exile en France en 1938, puis rejoint en 1940 les États-Unis où il meurt en 1945.

Les Quarante Jours du Musa Dagh est un des chefs-d’œuvre du roman historique moderne. Il a pour cadre la Première Guerre mondiale. L’Empire ottoman est l’allié de l’Allemagne. En 1915, dans un climat alourdi par leurs revers dans le Caucase, les Jeunes Turcs procèdent à la liquidation des élites urbaines arméniennes et des conscrits arméniens qu’ils ont préalablement désarmés. On organise alors systématiquement sur l’ensemble du territoire la déportation des populations arméniennes qui sont exterminées en chemin, au cours du premier génocide du XXe siècle.

Au nord-ouest de la Syrie ottomane, les villageois arméniens groupés aux flancs du Musa Dagh (“la Montagne de Moïse”) refusent la déportation et gagnent la montagne. Ils résistent plus d’un mois durant aux assauts répétés des corps d’armée ottomans ; l’arrivée providentielle des navires français et anglais au large d’Alexandrette met fin à leur épreuve.

A partir de ces épisodes authentiques, Franz Werfel a bâti un grand roman épique. C’est en 1929, lors d’un séjour à Damas, qu’il l’a entrepris. Le spectacle désolant d’enfants de réfugiés qui travaillaient dans une manufacture de tapis, mutilés et minés par la faim, fut le point de départ qui décida Werfel à ressusciter “l’inconcevable destinée du peuple arménien”. L’œuvre est achevée en 1933, peu après la montée au pouvoir de Hitler.

C’est l’honneur de Franz Werfel que d’avoir - avec une sombre prémonition - ressenti de la compassion pour l’une des tragédies majeures de notre temps et de lui avoir donné son miroir le plus achevé.



Fondation-Institut kurde de Paris © 2017
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues